· 

"C'est combien ?", d’Anne Calife, ou "la vie criante de vérité d'une prostituée"


Lecture par Anne Calife d'extraits de son livre ...

"Fille de joie", terme désuet et "doux" euphémisme pour parler d'une prostituée, d'une traînée, d'une pute quoi ! Notez qu'on ne dit pas "femme" mais "fille", comme pour la dégrader de ce titre honorifique. La pute, dans l'imaginaire collectif, c'est donc une "fille qui fait le trottoir", "une fille publique", une fille qui vend son corps pour de l'argent. Pour ou contre l'argent ? D'ailleurs, "C'est Combien ?". C'est là que tout commence et que tout finit. Donner un prix à son corps, pour le vendre et le mettre à disposition d'inconnus, c'est la bascule. Plier son corps, le salir, le soumettre coûte que coûte. Vendre sa chair coûte cher. Mais qui paie le prix fort ? Le client se soulage et gicle ses billets comme sa semence. Presque par inadvertances. La "fille", elle, reçoit son dû, récolte le fruit de son labeur. Fruit tarifé de sa douleur. Natacha raconte et on la lit, comme on l'écoute. Avec respect et émotion. Natacha présente la prostitution telle qu'elle est. Sans fards, sans paillettes, sans glamour. Oubliez les Call-girls et autres "Sugar-babies" médiatiques. La prostitution est une violence tarifiée. Point barre. Et personne n'en sort indemne. Se donner un prix, c'est perdre sa valeur.

Préfacé par Jeanne Cordelier


Quand ? le 20/12/2019 - de 15 h à 18 h

Quoi ? Lecture suivie d'échanges, de partages, de dédicaces ...

Combien ? Participation financière libre pour l'entretien du lieu

Où ? Dans les "Jardins de l'Ouvert" sur réservation uniquement



De la collection "Orties", éditions The Menthol House


"Des femmes qui résistent, des femmes qui soignent"

Maison d'édition parisienne créée en 2008.

Une collection dédiée aux femmes qui résistent. Les auteures s'attachent à des sujets épineux, à l'image de l'alcoolisme, le viol, la boulimie ou encore la précarité.

"Des femmes qui écrivent sur les femmes. Femmes brisées, corps et âmes blessées par un passé toujours présent en filigrane. Mais avant tout femme exigeantes.

Urticantes, résistantes, et vitalisantes, telle l’ortie, les personnages de la collection regorgent de puissance pour repousser la fatalité, guérir, renaître et piquer. Fragilité et force s’entrecroisent, se dédoublent, au travers de personnages vulnérables et pugnaces emportant avec eux le lecteur dans leurs fuites en avant.

Rendre visible l’invisible, défendre la liberté des femmes, les libérer du regard et du jugement accusateur, basé sur la norme".

 

Une "Collection qui a du piquant", comme le souligne Karen Cavrat, journaliste au magazine Pro/p(r)ose.



Qui est Anne Calife ?


"Née en 1966 à Grenoble, enfance partagée entre Montréal et Marseille, adolescence sous forte houle. Parcours professionnel errant avec plongée dans les eaux bleues et salées de la médecine (à Marseille) ; nouvelle immersion dans les fonds sous-marins de la formation et de l’enseignement - coraux et rochers. Remontée en surface grâce à l’écriture"

 

Anne Calife, de son vrai nom Anne Colmerauer, est écrivain. Médecin de formation,  elle est aujourd'hui membre de la Société des Gens de Lettres de France et membre du Groupement des écrivains médecins.  Son écriture sera celle des sens. Des sensations. De l’expérimentation.

C’est avec son premier roman, Meurs la faim, publié chez Gallimard en 1999, qu’elle se fait remarquer. En creusant avec force et authenticité, les troubles du comportement alimentaire, elle remporte le Prix de la ville de Sorgues.

Anne Calife poursuit son exploration. Elle passe au scalpel des univers riches et variés, des thématiques percutantes, comme la folie, le désir, les abimes du silence, des non-dits, des quiproquos, des addictions. Elle ausculte de façon clinique et poétique les relations humaines, la violence de notre société, la solitude, l’exclusion. Elle considère son corps comme « une plaque photographique sur laquelle s’inscrivent les sensations ».

Elle n’hésite donc pas à partir à l’aventure, en se rendant sur le terrain. Pour Conte d’Asphalte, publié en 2007 aux éditions Albin Michel, elle plonge dans le monde de la rue afin de rencontrer et partager le quotidien de sans-abris en totale immersion. Tandis que, Tant mieux si je tombe, publié en 2012 aux éditions The Menthol House Publishing, l’entraine dans une expédition aux frontières israélo-palestiniennes qui lui permet d’être témoin de la construction du mur « l’enveloppe de Jérusalem » allégorie de tous les « murs » qui se dressent aujourd’hui..

 


Scénariste pour un long métrage de cinéma réalisé par Miel van Hoogembemt, elle a également réalisé un livret d'opéra pour la compagnie Nieke Swennen [compagnie qui a pour particularité d'inclure dans un corps de ballet des handicapés physiques et mentaux]. Elle reçoit en 2007 l'aide nationale à la création dramatique pour sa première pièce «Tiktaalik», 2006, Palmarès du Centre National du Théâtre.

 

Elle écrit d'autres pièces de théâtre

Le nombril du clown, 2009, cirque,

Parfum de voyage, théâtre sur bateau, juillet-août 2010,

MMMH Libido, théâtre interactif, 2010

 

Au fil de ses romans, de son théâtre et de ses nouvelles, Anne Calife, sculpte le langage, le triture pour lui faire prendre des formes nouvelles unanimement saluées par la presse et les lecteurs, couronnant ainsi ses œuvres de nombreux prix et récompenses.

 

Elle partage aujourd’hui sa vie entre la Lorraine et Paris.



Bibliographie


Meurs la faim, (Gallimard,1999)

La déferlante (Balland, 2003),

Paul et le Chat (Mercure de France, 2004),

Fleur de peau, (Editions Héloïse d’Ormesson, 2006),

Conte d’Asphalte (Albin Michel, 2007),

Et le mail s’envole comme un oiseau, (Menthol House, 2009).

Blanc ou la présence de la couleur, Nouvelle, Revue carnavalesques, (Aspect, 2009),

Miel, Cannelle, Anis, nouvelle, Les plus beaux Noëls d'Alsace (Place Stanislas 2009),

Meurs la faim, roman, réédition version intégrale (The Menthol House, 2010),

Tant mieux si je tombe, roman (The Menthol House, 2012),

Une histoire avec Paris, carnet touristique, dessins Jacques Caspar (The Menthol House, 2015),

Une histoire avec Metz, carnet touristique, dessins Jacques Caspar (The Menthol House, 2016),

Une histoire avec Strasbourg, carnet touristique, dessins Jacques Caspar (The Menthol House, 2016),

Une histoire avec Marseille, carnet touristique, dessins Gérard Lamouroux (The Menthol House, 2017),

Une histoire avec Cassis, carnet touristique, dessins Gérard Lamouroux (The Menthol House, 2017),

Je voudrais juste faire quelque chose de beau, (The Menthol House, 2017),

 

 


Tous les articles de presse et les ressources photos sont disponibles ici